Marie-Antoinette - la rebelle, la rêveuse et l’âme anti-snob.

" Madame ma très chère mère. Le roi a milles bontés pour moi et je l'aime tendrement. Pour mon cher mari, il est changé de beaucoup et tout à son avantage. Il marque beaucoup et tout à son d’amitié pour moi et même il commence à marquer de la confiance. J'ai l'honneur d'étre avec la plus respecteuse tendresse la plus tendre et soumise fille Antoinette « 

Versailles, ce 9 juillet 1770. ( Marie -Antoinette 15 ans )

Une femme déjà moderne en son temps et qui le sera toujours !

 
DSC_1599.jpg
 
marie copy.png
 

Marie-Antoinette est devenue le grand symbole de noblesse et la plus importante figure pour les révolutionnaires après la mort de roi, mais sans titre et quand elle n’avait plus de fonction ; elle été désarmée et son exécution semblait inutile. Ils ont pris ses enfants de ses bras, ils ont exécuté son mari et l’ont accusée elle de crimes ridicules. Elles est connue pour son snobisme et sa décadence, ironiquement c’était exactement le contraire de ce qu’elle était. Elle était une rêveuse avec grâce et compassion pour les gens autour d’elle. Jusqu’à dans l'ultime instant, elle a maitrisé son image. En quittant la Conciergerie, en traversant le Pont au Change et à travers la Rue Saint-Honoré, la même rue où son amour secret achetait l’encre invisible pour écrire ses lettres : elle a gardé sa grâce et sa fierté tout le temps. La reine et la femme, son héritage ne seront jamais oubliés.

 
 
 

Marie-Antoinette; la femme qui a changé Versailles et les ennuyeuse étiquettes - la rebelle, la rêveuse et l’âme anti-snob 

Marie-Antoinette, la dernière reine de France et de Navarre, née en 1755, morte guillotinée en 1793, mariée à Louis XVI au Château de Versailles en 1770.

Une femme déjà moderne en son temps et qui le sera toujours.

Elle est devenue une des personnes les plus connues après et pendant la révolution en France. 

En tant que reine, elle a été la personne tenue responsable et accusée de prix du pain. Elle été la mère qui face à des incriminations ridicules d’inceste envers ses garçons par la république, à la fin de la révolution elle était considérée comme une personne séductrice, étrangère et dangereuse qui s’entichait des robes, seulement péoccupée par la mode et les bijoux. Jusqu'à la fin elle était une menace pour les révolutionnaires qui l’ont guillotinée en 1793.

Mais qui était-elle en réalité ? L’esprit créatif, la femme avec son amour secret, la gracieuse, l’adolescente, la dauphine et la mère. J’ai essayé de trouver sa personne, la femme derrière pour mieux la comprendre. 

Marie Antoinette, la fille de la reine Marie-Therese von Habsburg, est née et a grandi en Autriche. Elle a appris le français quand elle était jeune et nous savons qu’elle est arrivée en France la première fois lorsqu'elle a épousé Louis XVI, les deux avaient tout juste quinze ans à ce moment. 

Ce mariage était une affaire de politique comme presque tous les mariages royaux au XVIIIe siècle. 

Ainsi elle a été une fille élevée à la cour d’Autriche mais elle n’a jamais été une personne expérimentée dans la vie et personnellement responsable de développement social, elle n’a jamais été préparée pour des décisions sociales importantes, notamment pas à la cour de France. La cour de France était très différente pour elle aussi. Tout son monde a changé après la première rencontre avec le dauphin, future roi, qui avait été prévue quand elle avait juste cinq ans. Même-si elle avait été élevée à la cour entourée de richesses, la cour à Versailles et ses coutumes étaient très differentes, quinze ans est trop jeune pour le assumer le rôle de dauphine et particulièrement se préparer à être la future reine de France; la cour la plus extravagante en Europe et dans un pays qui était déjà ruiné avant son arrivée. Ainsi que le fait de parler français qui a totalement changé sa vie.

 
 

 À Schönbrunn en Autriche elle adorait les mêmes valeurs qu’elle a développées en France : elle a  apporté ses passions culturelles en France. Par exemple ses passions pour le théâtre; la musique, la danse, les déguisements et bals masqués. Comme une jeune fille elle chanté des vaudevilles français à la cour d’Autriche, à dix ans elle a dansé un ballet pour le mariage de son frère. 

Elle était connue pour sa spontanée et ses éclats de rire, elle détestait les contraintes et l’étiquette. Sa mère Marie-Therese l’avait compris en l’encourageant depuis son arrivée en France. Nous lisons la communication à travers ses lettres, c'est très souvent des défis et des préoccupations. Mais pour une jeune fille qui a vécu ses rêves dans son domaine, par exemple à travers la culture et la mode, elle méprisait paradoxalement l’étiquette et le snobisme français à la cour de Versailles. Donc elle préférait son sanctuaire du Trianon qui ne ressemblait pas au château, ici elle vivait sa vie comme elle le souhaitait. Même-si les révolutionnaires et un homme acharné ont essayé de démolir toutes les traces après elle, ses intérêts et ses goûts sont encore visibles partout au Trianon aujourd’hui. 

Ses passions ont été très importantes pour elle; l’incarnation de ses rêves : elle adorait les fleurs, sa roseraie à Trianon et les oiseaux. Elle exprime ceci dans l’intérieur de Trianon, ses meubles, ses tapisserie et ses porcelaines. Sa personne était devenue très connue pour sa convivialité, particulièrement à Trianon, avec tant ses grâces et sa présence de toute sa cour.


«  Quant à son entretien, ile me serait difficile d'en peindre toute la grâce, toute la bienveillance : je ner croix pas que la reine Marie-Antoinette ait jamais manqué l'occasion de dire une chose agréable à ceux qui avaient l'honneur de l'approcher, et la bonté qu'elle m'a toujours témoignée est un de mes plus doux souvenirs. Son coeur renfermait toutes les vertus ; indulgente, modeste , sensible, dévouée, la révolution l’a conduite à déployer un courage héroïque ; on a vu cette douce princesse marcher au-devant des cannibales qui venaient pour assassiner la Reine, en disant : ils me prendront pour elle » 

Lettres de Élisabeth Vigée le Brun, peintresse

Avec sa femme peintre Elisabeth Vigée Le Brun, Marie-Antoinette a encouragé sa couturière et ensemble elles ont inventé la haute couture; les art de la mode et une infinité d’objets de mode. Elle adorait les fêtes costumées lors desquelles elle était libre, loin des étiquettes, le sentiment de liberté d’être une jolie femme parmi la foule, comme les autres ; sa fuite de sa vie peut-être. La reine était très connue pour les fêtes mascarades, ses amours secrets avec Axel von Fersen et ses voyages secrets à Paris, sa fascination pour vie à la campagne à Versailles ( Le hameau de la reine ) et sa présence naïve parmi des gens ordinaires, sans savoir qu'elle faisait d’elle-même une cible facile pour les commérages. 

Pendant ce temps les dépenses du roi et son fonds de guerres en Amérique et à l’étranger, contre les Anglais et pour la colonisation dépassaient les budgets. Même-si Canada a été perdu au profit des anglais, il a été prévenu, le roi a continué avec ses guerres et a négligé les problèmes, et tout ça quand ses dépenses augmentaient tout le temps. 

Cela a détruit le budget national, mettant de côté les développements sociaux et les mouvements de cette époque : le chemin de la fin était déjà tracé avant son arrivée en France.

Pour les révolutionnaires Marie-Antoinette était la première le symbole des dépenses extremes de la noblesse et des riches à Versailles. En tant que souveraine de France elle vivait sa vie avec luxe. Quand le peuple à Paris n’avait pas de pain ou de nourriture, Marie-Antoinette a oublié son soutien pour le peuple, ce qui a provoqué les nouveaux mouvements. Le mouvement commence avec la propagande contre la monarchie, elle a été très souvent dessinée dans des situations grotesques, sexuelles, et d’actes criminels contre France, et montrée dans des situations de polygamie et pornographique, incestueuse et infidélité,  ce qui a été distribué partout à Paris, aucun respect pour la reine, à cause de cela elle a perdu le respect du peuple et parce que elle était étrangère, c’est possible ses crimes présumés en développé trop vite.

Donc c’est ne pas toujours concernant les dépenses de la reine à sa cour que Marie-Antoinette a déchaîné ses passions puisqu’elle été une femme très passionnante, à travers ses lettres pour sa mère et ses amies nous pouvons lire les réflexions d’une femme très sensible et qui réfléchit sur la vie ainsi que ses sentiments. À cause de ceci elle en serait jugé en faux, mais aussi n’oubliée jamais, et causé le contraire.

Très souvent je ne pense pas que l’histoire que nous entendons sur Marie-Antoinette présente toute de la vérité qu’il est possible de discuter parmi la documentation que nous possédons aujourd’hui, malgré le fait que l'histoire personnelle mérite d'être comprise aussi. Même-si s’il y a 200 ans est-ce quelque chose qui peut nous dire et faire comprendre sa personne et son histoire d’une autre manière que nous savons en d'avant ? Pourquoi ?

Quelquefois il semble que la majorité des gens se concentre sur les clichés qu’ils souhaitent entendre, par exemple l’adolescente qui buvait toujours du champagne et qui pendant « La marche des femmes » en 5 et 6 octobre 1789 suggérait qu’elles pourraient manger des biscuits au lieu de pain.

Il y a beaucoup d’histoires comme cela sur Marie-Antoinette, la plupart sont des clichés transmis par l'histoire à travers les citations très connues mais nous ne savons pas si elle a dit ou si elle l’a fait en réalité. Les opinions sur-elle sont nombreuses aujourd’hui comme avant, sa destinée a été vraiment une politique et une action symbolique dans cette période, en même temps je pense qu’il y a vraiment plusieurs questions pour comprendre sa destinée: les causes étaient-elles provoquées par elle-même ou bien par les causes sociales et politiques des nouveaux développements au siècle des Lumières ?

Cette période a été marquée par la chute de l'ancien régime en France et de l'absolutisme qui a été hérité après le règne du Louis XIV, que déjà avant Louis XVI et Marie-Antoinette la succession du trône était destinée, la révolution a été faite eux boucs émissaires.

Pourquoi est-ce nécessaire de comprendre ceci : vraiment sa personne est absorbée par ses passions, et peut-être cela a fait sa destinée et son héritage, métaphoriquement je pense elle a donne sa vie à Versailles en privé.

Marie-Antoinette, la femme et son héritage sont vraiment personnels, c’est ne pas une histoire ancienne, son histoire est vraiment quelque chose dont nous pouvons apprendre aujourd’hui.

Mais, comment se sont développées ces accusations très vulgaires en dehors la cour et pourquoi il semble exister la même-chose parmi certains gens aujourd’hui aussi ? En fait je pense l’histoire en réalité est mélangée avec les mensonges et les clichés de sa période et en marquant le future qui nous sommes confrontés plus difficile de comprendre. Il s’agit toujours des combats entre riches ou pauvres, pourquoi ressemble les manifestations de "Gilets Jaunes" maintenant nous rappelle les révoltés du XVIIIe siècle, sans une agenda politique en réalité d'avant, juste beaucoup de gens remplis d’agression ? C’est nécessaire de trouver une bouc émissaire et de se plaindre parmi la foule et masses des gens.

Pourquoi était-elle la personne la plus importante pour les révolutionnaires et les persones responsable de terreur pendant la révolution; comment ont-ils pu fabriquer et l’accuser de choses fausses, les plus graves et très vulgaires? Hélas, elle n'avait pas de défense, personne ne l'a soutenue dans cette farce d’un procès, qui a malheureusement conduit à sa décapitation, sa dernière signature de cette histoire et destinée tragique. Comment ce proces ridicule a été possible et pourquoi est sa misère est considérée comme justice par certains gens aujourd’hui aussi ?

Même s’il y a longtemps, c’est vraiment encore une disgrâce et un procès inhumain pour la France.

Ses dernières heures a son domaine : est-ce possible pour nous de comprendre sa peur lorsqu’elle est partie du domaine de Versailles la dernière fois, le même endroit où son monde a été créé depuis son adolescense, le nouveau pays en lequel elle avait confiance depuis l’adolescence, toutes ses amies et les gens en qui elle avait confiance lorsqu’elle en vivait là-bas. Personne ne semble réfléchir à cela.

Marie-Antoinette ne devait jamais plus revoir son domaine après le 5 octobre 1789, ce jour-la elle a été retrouvée dans sa « Grotte d’amour » à côté sa roseraie lorsque précipitamment elle quitta Versailles pour la dernière fois. Elle quitta son monde, mais pour nous, elle y est encore liée : elle reste pour toujours dans son domaine.

Elle est toujours là, ici.

Comme une reine, une mère et une femme qui a été privée de ses enfants, était-elle une victime innocente construite par les hommes de la révolution ou était-elle en quelque sorte responsable des actes dont elle a été accusée ? Non, je ne pense pas. Je pense qu’elle s’inscrit dans l’histoire comme une victime mais aussi une femme qui était un symbole de beauté, de la mode, plus touchant et un symbole archétypique d’une extravagance de la haute-noblesse en France pendant le XVIIIe siècle. Pour comprendre cette affaire, je pense c'est important que nous essayons connaître la femme comme la personne qui elle était derrière les histoires des livres d'histoire. J’ai essayé de comprendre la personne au travers de certaines de ses lettres et correspondances authentiques à la cour de Versailles : sa correspondance avec sa mère et ses amies, je voulais comprendre sa personnalité autant que ce possible. Je trouvé la fille, l’adolescente, la femme qui se battait contre sa destinée et la mère qui aimait ses enfants.

Pour comprendre l’histoire de Marie-Antoinette, il est nécessaire de comprendre sa personne pour comprendre sa destinée et l’héritage de sa vie personnelle. Et c’est vraiment une histoire qui mérite d’être racontée pour comprendre la société et prévenir les même tendances de se développer encore.

Marie-Antoinette est devenue le grand symbole de la noblesse et la plus importante figure pour les révolutionnaires après la mort de roi, mais sans titre et quand elle n’avait plus de fonction ; elle été désarmée et son exécution semblait inutile. Ils ont pris ses enfants de ses bras, ils ont exécuté son mari et l’ont accusée elle de crimes ridicules. Elles est connue pour son snobisme et sa décadence, ironiquement c’était exactement le contraire de ce qu’elle était. Elle était une rêveuse avec grâce et compassion pour les gens autour d’elle. Jusqu’à dans l'ultime instant, elle a maitrisé son image. En quittant la Conciergerie, en traversant le Pont au Change et à travers la Rue Saint-Honoré, la même rue où son amour secret achetait l’encre invisible pour écrire ses lettres : elle a gardé sa grâce et sa fierté tout le temps. La reine et la femme, son héritage ne seront jamais oubliés.


Julie-Christine Krøvel, 2019

16.jpg


« Je dis ici adieu à mes tantes et à tous mes frères et soeurs. J'avais des amis, l'idée d'en être séparée pour jamais et leurs peines sont un des plus grands regrets que j'emporte en mourant; qu'ils sachent du moins que, jusqu'à mon dernier moment, j'ai pensé à eux. C’est à vous, ma sœur que j’écris pour la dernière fois. Je viens d’être condamnée, non pas à une mort honteuse, elle ne l’est que pour les criminels, mais à aller rejoindre votre frère.

Recevez pour eux deux ici ma bénédiction. J’espère qu’un jour, lorsqu’ils seront plus grands, ils pourront se réunir avec vous et jouir en entier de vos tendres soins. »

Marie-Antoinette, le dernier lettre ce jeudi 16 octobre 1793